Musée de l'apiculture et de l'abeille, produits de la ruche, culture et voyages apicoles,...

Le Musée du Miel

Mise en fûts du miel Logo Le Musée du Miel
abeille

L'extraction du miel

Le travail d'extraction du miel se fait dans un local spécialement aménagé: la miellerie. Elle se divise en trois parties principales: la chambre chaude où sont stockées les hausses pleines, la salle d'extraction abritant l'extracteur et la centrifugeuse, et la pièce où les fûts de miel sont entreposés pour la phase de maturation et avant la mise en pots.

Le travail à la miellerie:

Le saviez-vous?

Avant l'apparition des ruches à cadres modernes (fin XIXième), les colonies étaient détruites pour la récolte de miel. Les abeilles étaient étouffées ou noyées. L'extraction du miel se faisait en pressant directement les rayons à la main, ou à l'aide de presses à miel. Il n'était pas rare que les alvéoles contenant le couvain soient pressées avec le miel.....
La "chambre chaude" consiste en une pièce isolée, où sont entreposées les hausses pleines de retour de récolte. Réchauffée naturellement par les rayons du soleil, elle permet de maintenir le miel à une température avoisinant les 28°C et ainsi diminue sa viscosité en vue de l'extraction.

Nous nous sommes équipés d'une ligne d'extraction semi-automatique qui réduit les manipulations. Tous nos équipements sont bien entendu fabriqués en inox de qualité alimentaire.
La ligne d'extraction du miel

Le processus d'extraction commence par l'ouverture des cellules: l'opercule de cire refermant celle-ci est retiré. Pour cela les cadres supportant les rayons de miel passent entre deux lames triangulaires. Puis les cadres sont mis en attente, le miel commence à s'écouler......
© Le Musée du Miel

le miel s'écoule des cadres

Ils sont ensuite placés dans l'extracteur: c'est la force centrifuge qui vide les cellules en quelques minutes: notre miel est extrait à froid, sans être dénaturé.
Nous disposons également d'un extracteur radial servant aux cadres de corps de ruche (deux fois plus hauts), aux cadres fragiles ou pour les miels visqueux. En effet, en fonction des essences florales butinées, la viscosité du miel peut varier, jusqu'à être cristallisé (cas de la bruyère calune).
© Le Musée du Miel

le miel, la cire, les hausses en fin d'extraction

Le miel écoulé en début de procédé et celui sorti de l'extracteur est ensuite passé en centrifugeuse pour le séparer de la cire d'opercule. Celle-ci est récupérée pour fabriquer les plaques de cire gaufrée (elle est d'excellente qualité). Les cadres vides sont replacés dans les hausses qui seront apportées aux abeilles pour qu'elles "pillent" les restes de miel: rien ne se perd! Elles seront ensuite entreposées avant une prochaine récolte.
Le miel quant à lui s'écoule dans les fûts pour la phase de maturation. Il s'agit d'une décantation naturelle par gravité pour éliminer les dernières impuretés, comme des brisures de cire. Le temps fait son oeuvre, nous ne pratiquons pas de micro-filtration à chaud qui dénature le miel, comme c'est le cas des productions industrielles. Cette dernière phase menée à son terme, il nous restera à écumer les fûts et à empoter le précieux liquide.
© Le Musée du Miel

retour accueil

La dégustation peut commencer!